Aller au contenu Aller à la recherche

Sailly-Labourse

Bienvenue sur le site officiel

Rechercher Deplier le champs de recherche

Formulaire de recherche

Contenu de la page

Accueil » Bienvenue à Sailly-Labourse » Histoire » Eglise

L'église

LES "Gris" ne sont pas des escargots, mais les habitants de Sailly-Labourse dont c'est le surnom. Ils occupent l'ancien territoire de Sallius. nom d'un homme gallo-romain. selon le dictionnaire des noms de lieux de France de Dauzat et Rostaing qui relève une mention de "Salli" en 1154. D'autres voient l'origine du nom dans "Salix". le saule. mais c'est peu probable; même s'il est ici question de racines.

Néolithique moyen

En 1975-76 sur le territoire de Sailly-Labourse un site archéologique du néolithique moyen a été trouvé et fouillé. Les poteries et silex qui y ont été découverts sont datés de 3400 avant J.-C.

Ils témoignent de l'implantation dans le secteur des premiers agriculteurs - éleveurs du Nord de la France. Auparavant nos contrées étaient habitées par des peuplades de chasseurs. Une première "poussée danubienne" vers 5000 avant J.-C. avait déjà vu l'arrivée d'agiculteurs-éleveurs en Belgique et en Provence.

On ne sait bien sûr pas combien étaient ces premiers habitants de Sailly. mais on dénombra ensuite: 89 contribuables à la fin du XIII° siècle ; 55 familles en 1469 ; 37 en 1698. puis 216 habitants en 1720 ; 642 en 1793 ; 710 en 1836 ; 699 en 1856 ; 744 en 1870 ; 1.416 en 1914 ; 1.410 en 1921 ; 1.920 en 1936 ; 2106 en 1946 et 1.750 au recensement de 1982.

L'église du XVI

Sailly-Labourse a encore la chance de posséder une église digne d'intérêt, dans une région qui a énormément souffert des deux derniers conflits mondiaux. Elle est datée de 1573 dans un soubassement. Son chœur primitif fut toutefois démoli et reconstruit en 1782 sous une autre forme. Il possédait auparavant trois autels. Celui de droite était l'autel de Saint-Nicolas, d'une confrérie de porteurs de morts en terre analogue aux charitables. Ils ne sont plus aujourd'hui que des volontaires sans aspect religieux.

L'ancien presbytère d'avant la Révolution existe encore rue de Noeux mais hélas très déformé. Il fut vendu dans la tourmente qui a suivi la chute de l'ancien régime. Le presbytère actuel fut construit vers 1820.

La reconstruction du chœur a nécessité presque cent ans. On peut suivre la progression de l'affaire dans l'inventaire sommaire des archives départementales (tome Ill. série H, fonds de l'abbaye St-Vaast, p . 154).

En 1688, Charles Dudicourt, curé adresse une supplique au Conseil d'Artois pour obliger le décimateur (celui qui perçoit la dîme) a faire réparer ce chœur qui "est dans un estat ruineux. en sorte qu'il a esté obligé de le quitter, n'osant plus y dire la sainte messe" .On trouve ensuite mention de devis et réparation du chœur en 1691 et en 1725; de la visite par un maçon et un charpentier, tous deux d'Arras en 1756 et de l'adjudication au rabais des travaux en 1762. On arrive à la conclusion 94 ans après le début de l'affaIre soit en 1782.

L'ancien plan de l'église

Le Plan de l'église avec le choeur primitif, qui se situait alors dans l'axe de la tour. On distingue les trois autels, marqués d'une croix de Malte, avec près de celui de gauche le banc seignurial. Les deux piliers octogonaux au centre ont été supprimés avec l'ancien choeur.

En cliquant sur ce lien, vous pouvez apercevoir des photos du clocher de l'église